Pourquoi cela devient rapidement une "pandémie des boostés".

20 juin 2022

Date:20 juillet 2022

Sections du contenu

  • Office des statistiques manipulées
  • En dessous
  • Prises en charge
  • Une pandémie de l'espèce fortement boostée

Par Rob Verkerk PhD, fondateur, directeur exécutif et scientifique, ANH-Intl

Allez-y - vous avez peut-être eu deux avis - mais c'est seulement parce que vous avez eu un mauvais cas de dissonance cognitive - pas grâce à tous ces terribles théoriciens de la conspiration tordus ! Consultez les données officielles pour l'Angleterre de l'Office for National Statistics (ONS) - et vous verrez que les raisons pour lesquelles vous devez vous faire vacciner sont claires. Vous aurez plus de 13 fois moins de risques de mourir d'un décès lié au COVID-19. Vos risques de mortalité, toutes causes confondues, seront même environ deux fois et demie plus faibles si vous êtes complètement vacciné - n'est-ce pas là un bonus ?

Office des statistiques manipulées

Pour ceux d'entre vous qui sont avides de données, tout se trouve dans le tableau 3 de la dernière édition de l'ensemble de données "Deaths by vaccination status, England" (décès par statut vaccinal, Angleterre), gracieuseté du National Immunisation Management Service (NIMS) de l'ONS.

Regardez sous la surface de ces données et vous trouverez un problème, cependant. Un problème fatal. Le même ensemble de données vous indique également que vous aurez 65% plus de risques de mourir d'un décès non lié au COVID-19 si vos vaccins sont à jour, par rapport au fait de ne pas être vacciné.

Cela ne peut tout simplement pas être le cas ! Vous ne pouvez pas avoir autant de chances de mourir de causes autres que le COVID-19, à moins que vous ne le fassiez apparaître ainsi parce que vos chiffres se sont mélangés délibérément ou accidentellement en cours de route.

Cette seule statistique erronée nous rappelle brutalement que toutes les données de l'ONS pour l'Angleterre - sur lesquelles on s'appuie bien au-delà des frontières territoriales de l'Angleterre et même du Royaume-Uni - sont erronées. Cela signifie à son tour que les données qui auraient pu vous convaincre, vous ou vos proches, de retrousser vos manches sont FAUX. Purement et simplement. Ce dernier point sur les décès non-COVID-19 a été porté à notre attention par nul autre que les Profs Norman Fenton et Martin Neil de l'Université Queen Mary de Londres dans un article récent.

Nous sommes retournés aux données originales qui comprennent la dernière édition de l'ensemble de données qui prend en compte toute la période de vaccination au Royaume-Uni de janvier 2021 à mai 2022, dans le tableau 3 de l'ensemble de données de l'ONS, et nous les avons résumées dans le tableau 1 ci-dessous pour votre plaisir. Les données de mortalité non-COVID-19 sont indiquées en gras pour vous rappeler leur impossibilité et cela rend le reste des données imparfaites également car les données de mortalité covid-19 et non-covid-19 ne sont pas indépendantes les unes des autres.

Tableau 1. Résumé des données de mortalité de l'ONS pour la période de janvier 2021 à mai 2022

Statistiques Statut vaccinal du COVID-19 ASMR (pour 100k personnes-années) % risque accru de décès pour les personnes non vaccinées par rapport aux personnes entièrement vaccinées
Mortalité toutes causes confondues Non vacciné 2337.5 244.2
Entièrement vacciné 957.4
Décès impliquant le COVID-19 Non vacciné 863.2 1338.3
Entièrement vacciné 64.5
Décès non-Covid-19
Non vacciné 1474.3 165.1
Entièrement vacciné
892.9

Source : ONS

Les Profs Fenton et Neil ont déjà expliqué, ici et ici, comment ces données ont été corrompues. Ils montrent maintenant aussi que le chiffre de 1474 décès pour 100 000 années-personnes a été massivement revu à la hausse par rapport à ceux de l'histoire récente, semblant plus ou moins équivalents à ceux des personnes entièrement vaccinées (voir le deuxième tableau du dernier article des Profs Fenton et Neil). On peut se demander comment le public aurait réagi si les erreurs d'allocation s'étaient produites dans le sens inverse ? En fait, nous savons comment il aurait réagi - et les responsables de la mise en œuvre ou de l'ignorance de la manipulation des données le savent aussi.

En dessous

Faisons maintenant un saut à travers notre belle planète bleue, pourtant stressée par l'humanité, de l'Angleterre à la Nouvelle-Galles du Sud (NSW), en Australie, une partie du monde que j'ai eu la chance de pouvoir appeler ma maison pendant plus d'une décennie.

Alors que plus de 95% de la population de la Nouvelle-Galles du Sud ont reçu au moins un vaccin, le ministre de la santé de la Nouvelle-Galles du Sud, Brad Hazzard, a critiqué les plus de 30% des 8 millions d'habitants de la Nouvelle-Galles du Sud en disant qu'ils devaient "se réveiller", "éteindre... les médias sociaux et allumer la réalité" et arrêter d'être aussi égoïstes.

Le nombre de personnes dans les hôpitaux de NSW avec le COVID-19 est clairement en hausse, se dirigeant vers le deuxième pic le plus élevé depuis le début de l'année (voir figure ci-dessous). Est-ce que ce sont ces infernaux non-vaccinés qui causent à nouveau le problème ?

Figure 1. Nombre de personnes dans les hôpitaux de Nouvelle-Galles du Sud atteintes de COVID-19 par jour, du 1er janvier au 9 juillet 2022. Source : Aperçu des données hebdomadaires sur le COVID-19 en Nouvelle-Galles du Sud

Eh bien, oui, il semblerait que ce soit la ligne officielle. Le dernier rapport de surveillance suggère que les nouvelles vagues de sous-variants BA.4 et BA.5 Omicron sont responsables, soulignant la récente tendance à la hausse qui inclut une augmentation de 17% des hospitalisations (1 658 à 1 946) juste au cours de la semaine dernière.

Le grand message est le même qu'en Angleterre. Allez vous faire piquer. Prenez cette déclaration du rapport de surveillance, par exemple :
"Parmi les 95 personnes dont on a rapporté le décès dû au COVID-19, toutes étaient éligibles pour une troisième dose de vaccin COVID- 19 mais seulement 62 (65% des personnes éligibles) avaient reçu une troisième dose."
 

Vous pouvez trouver des messages contraires dans le même rapport si vous les cherchez. Prenez cette phrase qui nous rappelle qu'aucune des six personnes de moins de 65 ans décédées du COVID-19 n'était en bonne santé ou non vaccinée :
"Six personnes âgées de moins de 65 ans sont décédées à cause du COVID-19. Les six cas avaient tous des antécédents de problèmes de santé sous-jacents importants qui augmentent le risque de maladie grave due au COVID-19.- Quatre de ces cas avaient reçu 3 doses d'un vaccin.
- Deux de ces cas avaient reçu 2 doses d'un vaccin."
En creusant sous la surface, on découvre d'autres problèmes avec la rhétorique officielle.

Les données officielles de la Nouvelle-Galles du Sud pour les 7 dernières semaines - alors que la Nouvelle-Galles du Sud est censée être aux prises avec les sous-variantes BA.4 et BA.5 Omicron "super-contagieuses" - montrent que les personnes qui avaient été vaccinées une (minimum) à quatre (maximum) fois contre le COVID-19, avaient 45 fois plus de risques d'être hospitalisées que si elles n'avaient pas été vaccinées. Ce fait a été porté à notre attention par l'analyste Joel Smalley dans un billet de Substack du 19 juillet. Joel renvoie à une puissante application interactive qui permet à quiconque de jouer avec les données officielles du NSW sur les hospitalisations et les décès.

Voici donc (Fig. 2, ci-dessous) à quoi ressemblent les données des 7 dernières semaines, en termes d'hospitalisations (en soins intensifs et non intensifs). Les barres vertes hautes nous montrent les hospitalisations dues à 4 doses ou plus de "vaccins" COVID-19, tandis que la première barre de chaque série chronologique (bleu moyen) nous montre les hospitalisations parmi les personnes non vaccinées. Les données sont standardisées pour 1 million d'habitants afin d'éliminer tout biais, étant donné que tant de personnes sont vaccinées avec une ou plusieurs doses, et que si peu ne le sont pas. Il n'est pas nécessaire d'être un spécialiste des fusées pour voir que les barres mi-bleues 'sans dose' sont relativement inchangées au cours des 6 dernières semaines et que les barres vertes montent en flèche.

Il s'agit des données les plus intéressantes que nous ayons vues jusqu'à présent, qui indiquent un problème de dose-réponse - plus il y a de doses, plus vous êtes vulnérable à l'hospitalisation. Ce n'est pas ce que le gouvernement de Nouvelle-Galles du Sud dit au public, bien qu'il s'agisse de ses données.

Figure 2. Taux d'hospitalisation (USI et non-USI) en fonction du statut vaccinal du 28 mai au 9 juillet 2022. Multiplicateur entre les non-vaccinés et les vaccinés mis en évidence dans le rectangle rouge.

Bien sûr, nous avons affaire à une cible mouvante. Ainsi, la même source de données officielle du gouvernement du NSW au cours de la phase antérieure Delta de 2021 a montré une image différente, capturée par Reuters en novembre dernier. À l'époque, les données du NSW suggéraient que les non-vaccinés avaient 16 fois plus de risques de se retrouver dans des unités de soins intensifs ou de mourir.

Les données officielles de NSW sur les 7 dernières semaines, au cours desquelles Omicron a supplanté Delta, montrent une image différente, comme le révèlent les données que nous présentons dans la Figure 2. Lorsque nous sélectionnons uniquement les hospitalisations en soins intensifs et les décès - pour permettre une comparaison avec la statistique de 16 fois plus élevée citée par Reuters en novembre dernier - nous constatons maintenant que vous avez 31% plus de chances d'entrer en soins intensifs ou de mourir si vous êtes vacciné, comme vous pouvez le voir dans la figure 3 (rectangle rouge). Mais Hazzard et cie sont silencieux sur ce point. On se demande (ou on sait) pourquoi.

Figure 3. Taux d'hospitalisation en USI et de décès en fonction du statut vaccinal du 28 mai au 9 juillet 2022. Multiplicateur entre les non-vaccinés et les vaccinés mis en évidence dans le rectangle rouge.

La situation s'aggrave lorsque vous comparez les extrémités des données officielles de la NSW sur la relation dose-réponse : les non-vaccinés par rapport aux vaccinés ayant reçu 4 doses ou plus.

C'est ce que nous avons fait dans le tableau 2.

Tableau 2. Hospitalisations et décès en NSW parmi les personnes n'ayant reçu aucune vaccination COVID-19, et celles ayant reçu une ou 4 doses ou plus. Source des données : Données officielles de NSW.

A.    Hospitalisations (USI et non-USI)
Date Aucune dose 1 dose 4+ doses
04/06/2022 0 59.5 114.4
11/06/2022 0.9 40.1 124.4
18/06/2022 4.6 40.6 125
25/06/2022 0 25.6 158.2
02/07/2022 0.9 46.4 174.6
09/07/2022 2.8 62.4 215.1
Moyenne 1.5 45.8 151.9
B.    Décès
Date Aucune dose 1 dose 4+ doses
04/06/2022 17.5 0 17
11/06/2022 11.1 10 12.8
18/06/2022 3.7 10.1 13
25/06/2022 11.1 5.1 31.3
02/07/2022 17.7 5.2 31.6
09/07/2022 10.3 15.6 19.4
Moyenne 11.9 7.6 20.9

Prises en charge

Les prises en charge nous regardent en face. Mais ce qu'ils ne font pas, c'est expliquer les causes sous-jacentes. Que vous regardiez les hospitalisations ou les décès, ceux qui sont vaccinés avec 4 doses ou plus sont les plus mal lotis. On peut se demander dans quelle mesure cela est dû au fait que les vaccinations ont un impact négatif sur leur santé et leur résistance, et dans quelle mesure cela est dû au fait que ceux qui sont fortement stimulés sont déjà plus enclins à être hospitalisés ou à mourir. Mais ce qui ne peut être caché, c'est que les personnes qui ont reçu 4 doses et plus sont environ 100 fois plus susceptibles d'être hospitalisés que ceux qui ne sont pas vaccinés. Cette différence est massive, de l'ordre de 2 ordres de grandeur, ce qui est susceptible d'inclure un signal important (lire : réel), indépendamment de la façon dont les données sous-jacentes sont sales ou confondues. Nous observons également ce qui semble être une relation dose-réponse claire - plus il y a de doses, plus vous êtes susceptible d'être hospitalisé. Les personnes les plus vulnérables optent-elles pour davantage de doses, ou les doses contribuent-elles directement à l'hospitalisation ?

Ceux qui ont reçu 4 doses et plus ne sont bien sûr pas nécessairement représentatifs des populations non vaccinées contre le COVID-19. Il s'agit peut-être de personnes plus âgées, plus vulnérables, dont le système immunitaire est plus faible (vieillissement, sénescence). Mais l'idée qu'elles sont protégées par ces vaccins génétiques est difficile à justifier avec ces données. Au contraire, il semble que leur situation pourrait être bien pire.

Les données sur la mortalité ne sont pas aussi claires que celles sur les hospitalisations, car les bénéficiaires d'une dose semblent les mieux lotis. Cela peut être réel ou anormal, sachant que la différence est inférieure à un ordre de grandeur. Mais devons-nous ignorer la différence entre les décès des personnes non vaccinées et ceux des personnes injectées 4 fois ou plus ? Il y a 1,75 fois plus de décès parmi ceux qui ont reçu 4 injections de COVID-19 ou plus que parmi ceux qui n'ont pas été vaccinés. Quelle que soit l'interprétation que vous choisissez de donner à ces données, il est impossible de les utiliser pour suggérer que les personnes ayant reçu 4 injections sont mieux loties que celles qui ne sont pas vaccinées.

Autre point à retenir : nous ne voyons aucune preuve, ici ou ailleurs, à ce stade, qui suggère qu'il s'agit maintenant d'une pandémie de personnes non vaccinées.

Une pandémie de l'espèce fortement boostée

Il semble que les données officielles du NSW nous disent déjà le contraire : cette pandémie est en train de devenir rapidement une "pandémie des vaccinés" et plus particulièrement des personnes fortement stimulées. Les risques pour ce groupe vont bien sûr bien au-delà du seul COVID-19. Le public n'est tout simplement pas informé de la réalité - et les autorités de santé publique continuent de battre le même tambour en utilisant un récit défectueux. Les données anglaises semblent différentes à première vue, mais il existe des preuves évidentes de manipulation des données.

Même la science émergente commence à expliquer pourquoi un nombre toujours plus grand de vaccins COVID-19 est susceptible de contribuer à des risques accrus pour les receveurs. Les mécanismes possibles incluent l'érosion immunitaire innée, le péché antigénique originel et la dysrégulation des cellules T.

Beaucoup d'entre nous en viennent à la conclusion que nous vivons la plus grande manipulation de la science jamais réalisée, étant donné le nombre de personnes impliquées. Quiconque croit encore à l'idée que nous pouvons encore nous vacciner contre cette construction surréaliste que nous avons appris à appeler une "pandémie" a tout intérêt à examiner de près les données anglaises et néo-zélandaises discutées ici, données qui ont été tenues en grande estime par les autorités du monde entier.

Il est temps de faire le point sur la réalité. Ou pouvez-vous fermer les yeux et accepter la même réalité dont parle Brad Hazzard, en croyant que de plus en plus de vaccinations contre le COVID-19 seront la solution au COVID-19 et au retour à la normalité ?

Veuillez partager largement cet article. Merci.

 

>>> N'hésitez pas à republier - suivez simplement nos directives de republication de l'Alliance for Natural Health International.

>>> Les inscriptions anticipées sont désormais ouvertes pour un tout nouvel événement de la Faculté de création de santé de l'ANH, qui changera le cerveau et le comportement et améliorera la vie - Behaviour and Communication Magic. 

>>> Vous voulez plus de ce soutien ? Vous voulez élargir votre communauté et vous mettre en réseau avec des personnes partageant les mêmes idées ? Oui ? Super, pourquoi ne pas nous rejoindre en tant qu'éclaireur ANH, ce qui vous donne accès à notre réseau privé d'éclaireurs, à un Q&A mensuel en direct, à notre Cercle d'intention ANH et bien plus encore !

>>> Retour à la page d'accueil

Fièrement affilié à : Enough Movement Coalition partenaire de : Conseil mondial de la santé