La grande bataille à venir : les droits de l'homme

Fév 10, 2022

Date:10 février 2022

Sections du contenu

  • Transgressions des droits de l'homme
  • Pente glissante : de l'autoritarisme au transhumanisme ?
  • Les autoritaires
  • Ne mettez pas tous vos œufs dans le panier du droit naturel

Par Rob Verkerk PhD, fondateur, directeur exécutif et scientifique

En tant que co-président du Comité Santé et Humanités du Conseil Mondial de la Santé, j'ai vécu un retour à la réalité hier soir lors de notre appel bihebdomadaire alors que nous recevions les derniers rapports de nos collègues canadiens. 

Une dentiste canadienne a vu sa clinique perquisitionnée la veille - sans aucune justification, si ce n'est qu'elle avait parlé des avantages de l'ivermectine pour le traitement précoce du covid-19.

Le Dr Mark Trozzi, médecin urgentiste, a quitté son emploi stable il y a un an lorsqu'il a été contraint de suivre des ordres qui ne correspondaient pas au serment médical qu'il avait prêté il y a quelque 30 ans. Depuis, il travaille à plein temps comme militant, par le biais de son site Web drtrozzi.org. Il fait partie des chefs de file du mouvement de résistance du Canada au régime de plus en plus tyrannique de Trudeau.

Mark avait les derniers détails en direct des lignes de front du convoi de la liberté des camionneurs à Ottawa. D'autres médecins et scientifiques que nous connaissons bien étaient parmi ceux qui se sont terrés dans une cabine sur la ligne de front. La police, qui répond toujours au régime corrompu de Trudeau, semble maintenant imposer des amendes aux personnes qui tentent de leur apporter de la nourriture. Les médias grand public décrivent les manifestants du Convoi de la liberté comme des "terroristes intérieurs" ou pire encore, alors que Mark n'a décrit rien d'autre que de la gentillesse, de la compassion et du calme - tout cela au nom de la défense des droits de l'homme.

 

 

 

 

 

Dr Mark Trozzi, drtrozzi.org

>>> Rapport du Dr Mark Trozzi depuis les lignes de front à Ottawa, 3 février 2022

>>> Écoutez le discours percutant de 8 minutes du Dr Mark Trozzi, une " vue à 30 000 pieds " des deux dernières années, qui exhorte les gens à contribuer au respect de l'État de droit, 9 février 2022.

Transgressions des droits de l'homme

Ce qui s'est passé sous les auspices de la soi-disant "pandémie" de Covid-19 est probablement la plus grande transgression du droit international infligée aux habitants de notre planète. Elle éclipse les chiffres, mais pas encore la gravité, des atrocités et du génocide commis illégalement pendant la Seconde Guerre mondiale.

Beaucoup se poseront la question suivante : pourquoi les tribunaux ne peuvent-ils pas mettre fin à ces transgressions ? Les responsables seront-ils tenus pour responsables ? Y aura-t-il un Nuremberg 2 ? La réponse simple est : peut-être, avec le temps. Mais à l'heure actuelle, des parties substantielles du système juridique, tout comme le système médical, le système alimentaire, le système énergétique, le système bancaire et tout autre instrument contrôlé par les courtiers en pouvoir actuels de la planète, sont corrompus. Délibérément.

Comme j'y ai fait allusion, cette corruption est une généralité et il existe des exceptions. Des exceptions qui détiennent la clé de la restauration de l'ordre naturel. À travers ce brouillard de corruption, on trouve des milliers d'affaires judiciaires dans différents états d'avancement, dont beaucoup contestent les abus des gouvernements, des dirigeants politiques, des entreprises pharmaceutiques et technologiques, de certains des principes les plus fondamentaux et inaliénables associés depuis longtemps à la société civilisée.

Une équipe d'avocats de plus de 12 pays (l'équipe BFA) est en train de mettre au point un projet remarquable qui rassemblera, entre autres lois et traités pertinents, les actions en justice menées à l'époque des covidés. Ils sont étroitement liés au Comité Droit et Activisme du Conseil Mondial de la Santé, dont je suis également membre. Le projet s'intitule l'initiative Bio-Freedom Accords (BFA).

Le projet sera lancé en mars - mais un test bêta qui montre le déroulement de la base de données des traités et des cas pertinents peut être trouvé ici.

Pente glissante : de l'autoritarisme au transhumanisme ?

Bon nombre des problèmes auxquels nous sommes aujourd'hui confrontés en termes de restrictions de nos droits civils et humains sont liés aux régimes autoritaires et totalitaires qui nous entourent, dont beaucoup sont liés à des mécanismes de contrôle central opérant par le biais d'organisations telles que l'Organisation mondiale de la santé, le Fonds monétaire international et le Forum économique mondial. 

Ce type d'autoritarisme s'est déjà terminé de manière horrible auparavant, par exemple l'Holocauste, Staline, les Khmers rouges, le Rwanda. Mais ces actes de génocide dévastateurs ont tous été précédés d'une pente glissante qui a été ignorée par ce que le Dr Ervin Staub, spécialiste du génocide et psychologue, appelle les "spectateurs passifs".   

Les régimes autoritaires émergent généralement lors de crises qui sont utilisées pour générer la peur au sein des populations. La majorité silencieuse, remplie de peur, aspire les fausses idéologies comme un tamanoir affamé, ayant désengagé les parties rationnelles et raisonnantes de leur esprit (cortex frontal), revenant à leur cerveau primitif. Des boucs émissaires sont fabriqués par le "groupe d'appartenance" et ceux qui s'opposent à l'idéologie sont de plus en plus marginalisés et fragmentés. Cela vous semble familier ?

Ce n'est que lorsque le groupe extérieur devient suffisamment cohérent dans ses arguments, ainsi qu'organisé, exposant au passage les idéologies défectueuses, que le régime peut être renversé. Cela nécessite une révolution, et non pas de rester assis sur votre canapé à cliquer sur des boutons sur votre téléphone ou votre télévision. Historiquement, les révolutions ont souvent, mais pas toujours, été sanglantes. Nous ne savons pas encore comment le système dans lequel nous vivons sera renversé, mais nous sommes de plus en plus nombreux à croire que les régimes dominants qui restreignent actuellement les libertés et injectent de force à des milliards de personnes des produits génétiques expérimentaux sans leur consentement, injections qui ont des conséquences inconnues à long terme sur l'humanité, seront renversés. Il y a suffisamment de données émergentes sur les dissimulations et les sous-déclarations pour être profondément inquiet, ainsi que des preuves claires de l'absence de nécessité médicale justifiée d'injecter sans discernement des populations de tous âges et de tous états de santé. Il doit y avoir un autre moteur.

Les êtres humains génétiquement modifiés ne sont pas de la science-fiction fantaisiste ; cet agenda transhumain est là, au grand jour ; voir le site Web du Forum économique mondial (WEF) et ce rapport du ministère britannique de la Défense publié en mai dernier, par exemple. Ou le livre de 2017 du fondateur du WEF, Klaus Schwab, intitulé "La quatrième révolution industrielle", ou le lancement par l'ex-ministre de la Santé Matt Hancock d'un groupe parlementaire britannique multipartite sur la quatrième révolution industrielle la même année.

Si vous avez besoin d'un peu de répit et d'équilibre dans tout cela, plongez dans une courte critique du transhumanisme, lié au capitalisme, par le professeur Steve Fuller, spécialiste mondial des sciences sociales, auteur de quelque 25 livres, dont Humanité 2.0.

Les autoritaires

Dans 10 jours, je vais interviewer, pour notre série Speaking Naturally, l'éminent juriste constitutionnel américain Jonathan Emord, que j'ai la chance d'appeler un ami et un collègue. Peu de temps après, nous publierons l'interview, et je dois dire que c'est une interview qui m'enthousiasme particulièrement, étant donné la maîtrise virtuose du droit constitutionnel par Jonathan. Jonathan est parfois surnommé le "tueur de dragon de la FDA" car il est le seul avocat à avoir réussi à défier la Food and Drug Administration (FDA) américaine. Plus encore, il l'a fait 8 fois, dont 3 fois au nom de notre organisation sœur, ANH-USA.

Je vous invite à lire son remarquable ouvrage, publié l'année dernière et intitulé "Their Assault on Individual Liberty, the Constitution, and Free Enterprise from the 19th Century to the Present" (Morgan James Publishing llc, 2021). Il est incroyablement opportun et constitue un véritable festin.  

Jonathan Emord, Esq., Président, Emord & Associates

Le livre plante le décor historique au niveau international, ce qui à lui seul est fascinant. Il se concentre ensuite sur les États-Unis et l'importance cruciale de la Constitution américaine. Il détaille l'émergence de l'État administratif, la bataille entre les droits individuels et le collectivisme, la montée de la tyrannie et l'érosion de la démocratie - autant de processus qui étaient en cours bien avant que les événements de début 2020 ne se produisent et que l'OMS ne déclare une pandémie. Il traite même de la question des mandats d'injection de covid-19, les classant avec assurance comme inconstitutionnels et donc illégaux. Il détaille aussi très utilement les nombreuses actions que nous, le peuple, pouvons entreprendre pour restaurer nos droits inaliénables. Mais cela n'arrivera pas si nous ne nous exprimons pas, si nous ne tenons pas le coup et si nous ne nous battons pas pour ce en quoi nous croyons. 

Beaucoup d'entre nous, scientifiques, médecins et militants dissidents, examinent de très près les cadres juridiques étant donné notre intérêt mutuel à faire progresser les actions en justice qui tiennent certains individus et entreprises responsables.

Certains sont tellement désabusés par le système juridique corrompu qu'ils ont abandonné toute idée de s'engager avec lui. Ils reviennent plutôt à d'autres cadres juridiques, qui ne sont par essence que théoriques et conceptuels, plutôt que juridiquement valables, comme le droit naturel ou le droit positif. Ces cadres peuvent fournir une orientation vitale pour nos boussoles morales et éthiques, mais ils offrent peu de prise si nous voulons que les auteurs de violations des droits de l'homme soient tenus responsables. En outre, ils sont souvent interprétés très différemment selon les régions du monde.

La réalité est que les réseaux et systèmes complexes ont toujours à la fois une colonne vertébrale et une sorte de hiérarchie. Cela inclut le corps humain. Ces hiérarchies n'ont pas besoin d'être oppressantes. Bien au contraire, lorsqu'elles sont bien faites, elles facilitent le fonctionnement de l'ensemble du réseau et du système.

Les systèmes juridiques sont également hiérarchisés - les constitutions se situent généralement sur le deuxième échelon à partir du sommet, les traités, lorsqu'ils sont pertinents, occupant la première place. Ce point est expliqué en détail dans l'article de Dinah Shelton de 2006, "Normative Hierarchy in International Law". 

Cela signifie que les systèmes juridiques reviendront toujours au niveau le plus élevé de la hiérarchie (c'est-à-dire qu'ils évoqueront le principe de la primauté du droit) lorsque les niveaux inférieurs ne parviennent pas à fournir une perspective ou un verdict clair. 

Des pays comme le Royaume-Uni, qui après tout a été le pionnier des cadres juridiques pour une grande partie de ce qui est maintenant le monde occidental industrialisé, sont quelque peu gênés par l'absence de constitution écrite. C'est une bonne chose que des personnes comme Robert Blackburn (professeur de droit constitutionnel au King's College de Londres) fassent pression, par le biais d'un comité parlementaire restreint, pour établir une constitution écrite - une Magna Carta II si vous voulez. Bon nombre des idées proposées par le professeur Blackburn et son équipe s'inspirent des éléments les plus efficaces de la Constitution américaine, une constitution qui est bafouée sans ménagement par l'administration de Biden, de manière probablement plus visible dans le domaine des mandats d'injection.     

Ne mettez pas tous vos œufs dans le panier du droit naturel

Voici donc ce que j'en pense. Il est trop tôt pour s'évader dans les royaumes du droit naturel et positif. Ce ne sont que des concepts, des théories ou des philosophies qui sont aussi utiles qu'un pare-feu en chocolat lorsqu'il s'agit de reconquérir les droits civils qui nous ont été volés ou de demander des comptes aux coupables.

>>> Lire l'article de 2012 de John Finnis (Notre Dame Law School) sur "La théorie du droit naturel : son passé et son présent".

Je suis d'accord pour dire que le "droit naturel" sonne bien et, dans tous les autres domaines, tout ce qui contient le mot "naturel" obtient mon vote. Mais dans ce contexte, ne pas s'engager dans le système juridique malmené et revenir au seul droit naturel est un passeport pour être considéré comme hors sujet. Pas une bonne façon de gagner une révolution. Même le droit commun (soit sa forme juridique, composée de la jurisprudence et des précédents, soit le droit commun du pays), pourrait être supplanté par des lois, des constitutions (lorsqu'elles existent) ou même des traités.

Pour gagner cette bataille, surtout pour les générations actuelles, et bien plus encore pour celles qui suivront, nous devons être en mesure d'influencer les 40% silencieux qui savent que quelque chose ne va pas mais qui ne sont pas encore actifs dans leur révolte. Il est peu probable qu'ils se désengagent des cadres juridiques dominants et dominés qui les entourent.

La loi naturelle nous fournira cependant toujours une girouette pour nous aider à donner un sens aux événements. Prenez l'effort de GoFundMe pour tenter de détourner les quelque $10millions canadiens collectés pour le Convoi de la Liberté. La loi naturelle a fait en sorte que GoFundMe soit exposé pour ses méfaits et que les personnes qui avaient fait des dons aient démontré leur capacité à rançonner l'entreprise.

Dans le domaine des soins de santé, qui a été si fortement infiltré par des administrations autoritaires alimentées par l'industrie pharmaceutique toujours avide et avide de pouvoir, nous aurons encore moins de prise en utilisant les philosophies de la loi comme principal champ de bataille lorsqu'elles n'ont pas de base juridique substantielle. Et aussi difficiles que soient ces victoires (d'après ce que m'ont dit mes collègues du Comité du droit et de l'activisme du Conseil mondial de la santé, il y a eu quelque 140 victoires judiciaires depuis le début de l'ère des covidés), ce sont elles qui seront vitales pour la dé-corruption des systèmes juridiques existants et en constante évolution.

Un dernier appel: Laissons tomber toute crainte résiduelle concernant ce virus désormais relativement inoffensif, réactivons nos cortex frontaux et préparons-nous à une bataille bien plus importante qui attend l'humanité : celle qui implique la restauration de nos droits humains inaliénables.

Le coût de la perte de cette bataille inclura probablement la gouvernance mondiale, une monnaie numérique centralisée, le transhumanisme et tout ce qui se trouve entre les deux. Cela ne vaut tout simplement pas la peine que nous perdions si nous nous soucions de l'humanité.

NOTE : Une consultation du gouvernement britannique est actuellement ouverte, et se termine le 8 mars à minuit moins une, pour demander l'avis du public sur la réforme prévue de la loi sur les droits de l'homme. La réforme prévue pose de nombreux problèmes, dont certains limitent considérablement les droits civils existants. Au cours des deux prochaines semaines, nous publierons des conseils pour aider à attirer l'attention sur les limites de la réforme proposée, ainsi que des formulations et des idées qui pourraient être utilisées pour créer des réponses solides à la consultation. Restez à l'écoute.

Si vous n'êtes pas encore inscrit à notre bulletin d'information hebdomadaire, vous pouvez le faire gratuitement à partir de notre page d'accueil, ou vous pouvez devenir membre de Pathfinder pour une somme mensuelle minime : voir ci-dessous).  

>>> Cet article a-t-il généré des questions pour vous ? Saviez-vous que nos membres de l'ANH Pathfinder bénéficient d'un Q&R mensuel gratuit dans le cadre de leur adhésion annuelle ? Pourquoi ne pas nous rejoindre ?

>>> Pour un contenu complet de covid-19 curated, veuillez visiter covidzone.org.

>>> Retour à la page d'accueil

 

Fièrement affilié à : Enough Movement Coalition partenaire de : Conseil mondial de la santé

Participez à notre webinaire gratuit

Le quoi, le pourquoi et le comment du modèle MRB : La meilleure solution de gestion des risques pour les micronutriments dans les compléments alimentaires".

Mardi 11 octobre 2022 à 15h30 CET

Jour(s)

:

Heure(s)

:

Minute(s)

:

Seconde(s)

EN BREF

Introduction à ANH Europe et à l'équipe d'ANH Europe

Conférenciers experts : 

Dr Jaap Hanekamp : Professeur associé de chimie du Collège universitaire Roosevelt, Middelburg, Pays-Bas.

Dr. Robert Verkerk, PhD : Fondateur, directeur exécutif et scientifique de l'Alliance for Natural Health International ; membre du conseil d'administration de ANH Europe